Clermont-Ferrand et le Puy de Dôme en automne

Clermont-Ferrand et le Puy de Dôme en automne

A la recherche d’un week-end pour profiter des jolies couleurs de l’automne, nous avons jeté notre dévolu sur l’Auvergne et le Puy de Dôme. Après nous être renseignés sur les blogs (dont celui de Un pied dans les nuages), nous avons vu qu’il était possible de visiter les alentours de Clermont-Ferrand sans voiture ! Nous avons donc réservé début octobre nos billets de train pour Clermont : l’aller-retour nous a coûté 83.60€ à deux (trajet de 3h30 en Intercités depuis la gare de Paris Bercy).
Au programme du week-end : dîner et nuit à Clermont-Ferrand le vendredi soir ; excursion d’une journée au Puy de Dôme le samedi ; et visite de la ville le dimanche.

Avant notre départ, nous avons réservé deux Clermont Pass 48h (19€) qui donnent accès à l’Aventure Michelin, au train panoramique des Dômes au Puy de Dôme, à une entrée dans l’un des cinq musées de la ville, à une visite guidée de la ville et à de nombreux avantages dans les commerces et restaurants de Clermont-Ferrand. Le Pass vaut le coût rien qu’avec le train panoramique et le musée Michelin : n’hésitez pas à l’acheter ! Il faut le réserver en ligne et aller le chercher à la Maison du Tourisme.

Se rendre au Puy de Dôme sans voiture

Après un bon petit déjeuner à la chambre d’hôtes, nous nous sommes rendus à l’arrêt de bus « Ballainvilliers » où nous avons attendu la navette de 10h53 qui relie Clermont-Ferrand à la gare du Panoramique des Dômes, au pied du Puy de Dôme. Tous les arrêts et horaires ici. Le trajet coûte seulement 1.60€ (prix d’un ticket de transport du réseau T2C de Clermont) et dure 25 minutes. On vous conseille de vous rendre à cet arrêt plutôt qu’à celui de Jaude car il y avait énormément de monde qui attendait la navette à cet arrêt-ci (surtout en période de vacances scolaires). La navette circule tous les jours de semaine, de mai à novembre – cette année, jusqu’au 1er novembre. Elle nous a donc déposés devant la gare du Panoramique des Dômes, au niveau du grand parking.

Pour nous rendre au sommet du Puy de Dôme, nous avons décidé de prendre le train panoramique (entrée comprise dans le Clermont Pass – 14€ l’aller-retour, 11.50€ l’aller simple). Le Panoramique des Dômes circule toutes les 40 minutes en moyenne saison, jusqu’à fin octobre. Le trajet dure quinze minutes et offre de superbes vues sur la chaîne des puys.

© https://www.panoramiquedesdomes.fr/

Au sommet du Puy de Dôme

A l’arrivée, le choc des températures a été violent : 4 degrés, un vent glacial et un brouillard à couper au couteau ! Nous ne nous attendions pas à avoir une telle météo au sommet, car en bas, le soleil brillait avec 17 degrés. Nous nous sommes réfugiés un moment dans l’espace de découverte des Grands sites de France qui propose une petite exposition sur les volcans. Au premier étage du bâtiment se trouvent des restaurants et une boutique. Nous avons ensuite bravé le froid pour monter au niveau des vestiges du Temple de Mercure et de son musée que nous avons également visité. Ce dernier est très pédagogique et interactif : mention spéciale pour le film qui retrace l’histoire du lieu et les découvertes archéologiques du site, vraiment très intéressant !
Au sommet, il y a également trois sentiers de découverte, avec des plateformes aménagées qui offrent une vue panoramique, mais malheureusement, nous n’avons pas pu en profiter à cause du brouillard opaque.

Le sentier des chèvres

Nous avons alors décidé de descendre à pied, en suivant le sentier des chèvres qui mène à la gare du Panoramique des Dômes et au parking. La chappe de brouillard ne couvrant que le sommet, à peine descendus de quelques mètres, nous avons pu admirer l’immense panorama sur la chaîne des puys. La première partie du sentier se fait sur un chemin aménagé avec des escaliers en bois. On traverse ensuite une partie plus dégagée, qui a un air de steppe, avec une végétation moins haute ; puis le sentier entre dans le sous-bois que l’on a pu découvrir sous son beau manteau d’automne. On vous conseille vraiment de descendre via ce sentier car il offre des points de vue magnifiques et parcourt des paysages très différents les uns des autres.

Pensez à vous retourner de temps en temps pour contempler le Puy de Dôme, vu d’en bas ! De retour au parking, nous avons attendu la navette pour retourner à Clermont-Ferrand – calculez bien votre trajet car elle passe toutes les deux heures et la dernière est à 18h.

Que voir à Clermont-Ferrand

Le centre-ville

Le centre de Clermont-Ferrand se parcourt assez rapidement car il n’est pas très grand. Nous l’avons surtout arpenté le dimanche donc tous les magasins étaient fermés, ce qui n’est pas forcément l’idéal pour découvrir la ville. Il y a deux places principales : la place de Jaude, où se trouvent la plupart des boutiques et l’animation de la ville, et la place de la Victoire, où trône la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption. Les deux places sont reliées par la pentue et commerçante rue des Gras et par la rue des Chaussetiers en parallèle, avec de nombreux restaurants.
Un peu plus au nord, se trouve un square avec la Fontaine d’Amboise, qui donne un joli point de vue sur la ville et le Puy de Dôme, et la très belle Basilique Notre-Dame du Port qui vaut le détour.
Nous n’avions pas de plan précis pour visiter la ville, donc le mieux est de déambuler dans les rues pour découvrir des cours cachées ou des boutiques locales.

L’Aventure Michelin

Dimanche matin, nous avons pris le tram A en direction de l’Aventure Michelin (arrêt Stade M. Michelin, à quelques minutes à pied du musée). L’entrée du musée (9€) est comprise dans le Clermont Pass. Nous avons passé plus de deux heures à visiter l’ensemble des espaces, car le musée est vraiment complet ! L’Aventure Michelin présente l’évolution des transports dès le XIXème siècle, l’histoire de cette entreprise familiale, les grandes innovations du Groupe, leur engagement social et leur mission paternaliste, l’arrivée de Bibendum dans la publicité… à travers de nombreux films, animations, contenus interactifs. Le musée est vraiment très bien fait et intéressant : on ne s’est pas du tout ennuyés ou lassés !
On le conseille donc si vous voulez découvrir l’histoire d’une entreprise française devenue internationale qui fait partie de notre patrimoine aujourd’hui.

Notre logement à Clermont-Ferrand

Cette fois-ci, pas de Airbnb. Nous avons opté pour deux nuits en chambre d’hôtes (85€ la nuit avec petit déjeuner), chez Brita et Jean-Philippe, dans leur maison 5 chambres en ville. Nous étions dans la chambre « Blaise », hommage à Blaise Pascal, l’une des personnalités qui a marqué la ville de Clermont-Ferrand. Ancienne blanchisserie sur trois étages, la maison a été entièrement rénovée et redécorée en 2013, mais elle mériterait aujourd’hui de nouveau un petit rafraîchissement au niveau des chambres. Le petit déjeuner se prend en autonomie, dans la salle commune du rez-de-chaussée : il est composé de pain frais, de confitures et de thé/café/jus d’orange/chocolat chaud. Nous pouvons recommander cette adresse, très bien située dans Clermont, mais nous nous attendions à plus de standing pour une maison d’hôtes dite « de charme ».

Nos bonnes adresses à Clermont-Ferrand

  • Alfred : une bonne adresse bistronomique au sud du centre-ville à la très belle décoration industrielle ; belle présentation des plats qui sont très bons mais manquent peut-être d’un peu de raffinement. Entrée plat dessert 28€ ou 37€ le soir.
  • Kitchen & Compagnie : si vous cherchez une adresse pour manger local (truffade), allez-y ! Menu entrée plat dessert à 26€ – en trois mots, rustique, copieux et délicieux.
  • L’Armoire à cuillères : un joli et cosy salon de thé pour prendre le goûter (seule adresse ouverte le dimanche !). Propose différentes sortes de chocolats chauds et de thés, et des pâtisseries maisons (3-5€).
  • L’Apéretik : découverte dans le Clermont Pass (dégustation de fromages AOP offerte), cette épicerie fine propose des produits régionaux pour la plupart bio (fromages, charcuterie, conserves…) et un concept original de plateaux à composer pour l’apéro à seulement 18€ !

Alors, le Puy de Dôme ?

Nous avons beaucoup aimé découvrir ce coin de la France en automne, l’une des plus belles saisons pour voir la nature auvergnate ! En un week-end, il est largement possible de visiter à la fois la ville de Clermont-Ferrand – qui n’est pas immense – et de faire une excursion dans les environs, au Puy de Dôme. Néanmoins, on émettrait un petit bémol sur le temps de trajet depuis Paris : 3h30 en Intercités nous a paru une éternité, et pour deux jours, cela ne vaut sans doute pas le coup. On recommanderait donc la destination pour un long week-end plutôt !
Si vous êtes à la recherche d’une destination française à faire sans voiture, pensez donc à Clermont-Ferrand et au Puy de Dôme car ce dernier est facilement accessible en bus. Autres idées sorties autour de Clermont : il est possible de se rendre à Vulcania et aux thermes de Royat (Royatonic) en bus depuis le centre de Clermont-Ferrand !

Besoin d’idées pour vos week-ends et vacances en France ? Lisez nos articles sur notre beau pays !

 

2 réponses

  1. Malicyel dit :

    Que de beaux souvenirs et ravie de t’avoir inspirée, merci pour la citation ❤️

    • Marie dit :

      Avec plaisir ! Ton article nous a bien aidés à organiser ce petit séjour auvergnat 😉 On est toujours à la recherche de destinations à faire facilement sans voiture, donc là c’était parfait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *